Corona-Pandemie - HEKS hilft weltweit und in der Schweiz
Mahamudur Rahman/NurPhoto/Dukas
CORONAVIRUS

L’EPER fournit une aide d’urgence en Suisse et à l’étranger

Coronavirus: L'aide d'urgence de l'EPER

Bien que le nombre de personnes infectées par le COVID-19 diminue fortement en Suisse, dans d’autres parties du monde, la pandémie perdure. A l’échelle mondiale, le nombre de cas est en augmentation et le virus tue plusieurs milliers de personnes chaque jour.

Dans les pays où le nombre de personnes malades diminue, la crise sanitaire ne semble d’ailleurs pas être surmontée pour autant : les répercussions économiques et sociales à long terme de la pandémie, parfois catastrophiques, se font de plus en plus sentir. En Suisse et dans les autres pays où elle est présente, l’EPER adapte ses projets aux besoins actuels des personnes particulièrement défavorisées. L’organisation poursuit son aide d’urgence là où cela est nécessaire. 

L’action de l’EPER à l’étranger

Pour lutter contre la propagation du COVID-19 et les répercussions de la crise, l’EPER a mis sur pied ou adapté une trentaine de projets d’aide humanitaire et de coopération au développement dans environ 25 pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Europe de l’Est. Dans un premier temps, l’objectif principal des projets était de protéger les populations du virus et de limiter sa propagation au maximum grâce à des mesures de sensibilisation et d’hygiène. Il fallait également fournir une aide d’urgence aux personnes qui se retrouvaient dans une situation critique en raison de la crise sanitaire. Dans un deuxième temps, l’EPER s’attaque aux répercussions de la crise à moyen et long termes, qui commencent seulement à se faire pleinement sentir.
 
Formations à l’hygiène dans les camps de réfugiés rohingya au Bangladesh
Au mois de mai déjà, des premiers cas de coronavirus ont été signalés dans les camps de réfugiés rohingya du sud du Bangladesh, où les personnes vivent entassées les unes sur les autres. A l’heure actuelle, il est difficile de savoir à quel point le virus s’est propagé. En effet, la population est rarement testée. Dans le cadre d’un projet d’aide d’urgence de l’EPER, plus de 100 centres médicaux situés dans les camps ont bénéficié de conseils pour monter des infrastructures d’hygiène. Le personnel médical et soignant a reçu des formations, notamment en hygiène et en prévention des infections. Face à l’étendue de la crise, le projet a été étendu à tous les autres établissements médicaux et centres de quarantaine publics destinés au COVID-19 du district de Cox’s Bazar. L’EPER a également fourni des moustiquaires, des nattes, des couvertures et des lampes électriques à 3500 réfugiés plus âgés afin qu’ils puissent s’aménager un coin isolé pour dormir dans leur hutte et mieux respecter les mesures de distance sociale. Enfin, pour que les habitants ne soient pas trop affectés par les restrictions liées au coronavirus, l’organisation fournit également une aide alimentaire et financière. Elle prévoit de créer des emplois dès que ces restrictions se seront assouplies.
 

REPORTAGE PHOTO

Prévenir le coronavirus dans le camp de réfugiés au Bangladesh

Pour les Rohingyas qui vivent dans les camps de réfugiés, la vie était déjà un combat de tous les instants – même en l’absence du corona. Or, le virus n’a finalement pas épargné les camps.

En savoir plus

Hygiene-Schulungen in den Rohingya-Flüchtlingscamps
Photoreportage
Prévenir le coronavirus dans le camp de réfugiés au Bangladesh

Pour les Rohingyas qui vivent dans les camps de réfugiés au sud du Bangladesh, la vie est déjà un combat de tous les instants – même en l’absence du corona. Alors qu’adviendra-t-il si la pandémie frappe aussi leur camp ?

Sensibilisation et kits d’hygiène en Ethiopie
Au mois d’avril, l’Ethiopie a déclaré l’état d’urgence pour une durée de cinq mois en raison de la pandémie de coronavirus. Depuis, le nombre de cas confirmés n’a cessé d’augmenter. Le système de santé éthiopien n’est absolument pas en mesure de faire face à une telle catastrophe. Dans de nombreuses régions, l’accès à l’eau potable et au matériel de protection fait défaut. Depuis de nombreuses années, l’EPER mène des projets en Ethiopie, dans la région d’Oromia, pour améliorer l’accès de la population rurale à l’eau potable et aux infrastructures sanitaires. Ces projets comprennent désormais de nouvelles activités destinées à mieux prévenir la population contre une éventuelle infection. Par exemple, dans le cadre d’un projet en cours visant à améliorer les normes d’hygiène de différentes écoles, l’EPER sensibilise les bénéficiaires au virus et aux mesures de prévention, distribue des kits d’hygiène et aménage des infrastructures pour le lavage des mains. Lancé il y a quelques mois, le projet d’aide d’urgence en faveur des personnes les plus touchées par l’invasion de criquets pèlerins au Borona a également été complété : les bénéficiaires reçoivent des informations sur le coronavirus et des kits d’hygiène avec des seaux de lavage, du savon et du désinfectant.
Corona-Pandemie: HEKS hilft in Äthiopien
Raymond Rohner
Fabrication de masques d’hygiène en Haïti

En Haïti, le coronavirus se propage à une vitesse inquiétante. Plusieurs cliniques ont déjà dû fermer leurs portes car leur personnel a été contaminé et qu’elles ne disposaient pas de l’équipement de protection nécessaire. Dans la région de la Grand’Anse, l’EPER a mandaté des ateliers de couture locaux pour fabriquer environ 50 000 masques. Ces derniers sont redistribués aux centres médicaux. Les infrastructures publiques telles que les hôpitaux et les établissements pénitentiaires de la Grand’Anse ont été équipés de savon, de chlore et d’équipements de protection. Dans la région, des affiches et des émissions de radio informaient la population haïtienne sur le coronavirus et les mesures de prévention nécessaires. L’EPER a amélioré les infrastructures destinées au lavage de mains qu’elle avait construites et a installé de nouveaux dispositifs pour se laver les mains, notamment sur les marchés.

 

REPORTAGE PHOTO

Des mesures concrètes contre la pandémie

Haïti est considéré comme le pays le plus pauvre du continent américain. Avec ses mesures d’urgence, l’EPER met tout en œuvre pour protéger la population de la Grand’Anse du virus.

En savoir plus

Corona-Pandemie: HEKS hilft in Haiti
Photoreportage
Eviter à tout prix une pandémie en Haïti

Haïti est considéré comme le pays le plus pauvre du continent américain. L’éclatement de la pandémie aurait des répercussions dramatiques sur cette île. Dans la région de la Grand’Anse, l’EPER met tout en œuvre pour protéger la population.

Brésil : du cachaça aux désinfectants

Au Brésil aussi, le nombre de cas de COVID-19 augmente à une vitesse fulgurante. Les villes de Rio de Janeiro et de São Paulo, où les établissements de santé étaient déjà surchargés avant la crise, sont particulièrement touchées. Les premières victimes sont les groupes de la population vulnérables et marginalisés vivant dans les favelas (bidonvilles). Les indigènes sont également durement touchés par ce fléau : leur taux de mortalité est particulièrement élevé. Dans l’Etat de Bahia, l’EPER soutient une coopérative locale de paysans qui a décidé de modifier sa production pendant la crise sanitaire. Au lieu de produire du cachaça (alcool de canne à sucre), ils utilisent désormais l’alcool pour fabriquer du gel désinfectant, nécessaire de toute urgence. Plus de 1500 litres de désinfectant ont déjà été produits en collaboration avec l’Université publique du sud-ouest de Bahia, avant d’être distribués à des communautés rurales ou urbaines particulièrement vulnérables.

 

Corona-Soforthilfe: Desinfektionsmittel statt Cachaça
HEKS
Soins à domicile en Europe de l’Est

Dans plusieurs pays d’Europe de l’Est, comme la Serbie, la Roumanie, l’Ukraine et la Moldavie, les services de soins à domicile de l’EPER pour les personnes âgées vivant dans des régions reculées se poursuivent. Suite à l’éclatement de la pandémie, le personnel soignant reçoit des équipements de protection supplémentaires tels que des gants, des masques et des désinfectants. En Serbie, l’EPER avait obtenu une autorisation spéciale de l’Etat pour continuer à dispenser ses soins médicaux à domicile en dépit du couvre-feu, quand il était encore en vigueur. En Moldavie, les personnes âgées souffrent parfois beaucoup de l’isolement ou deviennent anxieuses en raison de la pandémie. L’EPER les met en relation avec une psychologue formée, qui leur donne des consultations par téléphone.

Toutes ces prestations soulagent les médecins et le personnel hospitalier, qui sont soumis à une forte pression en raison de l’augmentation rapide des cas de coronavirus.

Home-Care: Spitexangebote in Serbien Corona-Nothilfe
HEKS
Soutien aux familles roms au Kosovo

En Europe du Sud-Est, l’EPER soutient des familles roms dont l’existence est menacée. Car suite à la pandémie, bon nombre de Roms se sont retrouvés dans une situation critique du jour au lendemain. En effet, ils ne peuvent plus exercer leurs petits boulots informels, par exemple de chiffonnier ou de vendeur des rues. Qui plus est, la plupart d’entre eux n’ont rien pu mettre de côté. Au Kosovo, l’organisation Voice of Roma, Ashkali and Egyptians (VoRAE), partenaire de longue date de l’EPER, a fourni un travail de plaidoyer sans relâche auprès du gouvernement. Elle a obtenu qu’il soutienne financièrement les familles démunies, dont de nombreux Roms font partie : chaque famille a ainsi reçu 150 euros pour couvrir ses besoins les plus urgents.

Unterstützung von Roma-Familien in Kosovo
Christian Pobst
Serbie : colis d’urgence et Summer Schools
 

L’EPER a distribué environ 6000 colis de denrées alimentaires et d’articles d’hygiène à des personnes âgées et des familles en situation de détresse – dont de nombreuses sont roms – dans sept communes de Voïvodine. A cause de la pandémie, les élèves ont manqué une bonne partie de leur année scolaire. Cet été, des « Summer Schools » sont donc organisées pour les enfants roms qui n’ont pas bénéficié du soutien nécessaire de la part de leurs parents pendant « l’école à la maison ». Ils ont ainsi l’occasion de rattraper leur retard.

 

 

 

Corona-Soforthilfe Serbien
HEKS

Aide en Suisse

En Suisse, la pandémie de corona a beaucoup affecté les projets de l’EPER. L’EPER s’est efforcée de les adapter afin qu’ils puissent se poursuivre. Les personnes vulnérables en manque de réseau social ont ainsi continué à bénéficier d’un soutien et d’une structure hebdomadaire. Pendant le confinement, les consultations et cours de langue se sont par exemple déroulés en ligne. Les bureaux régionaux ont également mis en place en deux temps trois mouvements des offres d’information et de soutien qui étaient essentielles en cette période d’isolement social.

Suite à l’assouplissement progressif des mesures du Conseil fédéral liées au coronavirus, le besoin pour certaines de ces offres d’aide d’urgence a largement reculé. L’EPER a donc suspendu sa ligne d’assistance téléphonique pour les personnes migrantes (Helpline corona) dès mi-juin. Si nous devions assister à une deuxième vague d’infections en automne, comme certain.e.s épidémiologistes le prédisent, et revivre un confinement au moins partiel, l’EPER étudiera soigneusement la possibilité de relancer cette offre.

Parallèlement, les répercussions économiques de la pandémie se font de plus en plus sentir. Les personnes les plus vulnérables qui vivaient déjà dans une situation précaire avant la crise sanitaire en sont les premières victimes. Les projets de l’EPER destinés à soutenir à long terme les personnes particulièrement touchées par les répercussions sociales et économiques de la pandémie sont poursuivis. L’EPER est d’ailleurs soutenue par la Chaîne du Bonheur pour ces projets.

Un soutien pour les migrants, réfugiés et sans-papiers

Dans le canton de Genève, les collaboratrices et les collaborateurs du projet de l’EPER « Permanences volantes » (conseil pour les personnes migrantes) reçoivent chaque jour plus de 100 appels de personnes sans papiers, réfugiées et migrantes désespérées. Bon nombre d’entre elles travaillaient comme employé.e.s domestiques avant la crise et ont perdu leur job et leur revenu depuis le confinement. A l’autre bout du fil, l’équipe de l’EPER informe ses interlocuteurs en différentes langues sur leurs droits en tant qu’employé.e.s et les renvoient vers des offres d’aide existantes. Enfin, l’EPER distribue des colis du cœur aux personnes démunies, sous forme de bons d’achat alimentaire.

Lisez l’interview pour en savoir plus

Permanences volantes - HEKS hilft Sans Papiers. Auch während der Corona-Pandemie
Patrick Gilliéron Lopreno
Une aide pour les employé.e.s domestiques

Dans le canton de Vaud, le service Chèques-emploi, qui donne notamment des conseils juridiques aux employé.e.s domestiques, reçoit également de nombreux appels depuis le début de la pandémie. Les personnes travaillant dans l’économie domestique sont dans l’insécurité quant à leur situation professionnelle et leurs moyens de subsistance. Pendant le confinement, leur situation s’est de nouveau détériorée. Chèques-emploi informe les employé.e.s domestiques sur leurs droits et sur les devoirs des employeurs. L’EPER s’engage également sur la scène politique aux côtés des syndicats UNIA et SSP pour que les employé.e.s domestiques bénéficient de prestations d’aide publique.

LPP Chèques emploi
CoronaNEWS en Suisse romande

En collaboration avec le canton de Vaud et l’Université de Lausanne, l’antenne de l’EPER en Suisse romande a créé CoronaNEWS, une série de vidéos hebdomadaires en différentes langues. Elles informent les personnes migrantes des décisions et directives des autorités fédérales en lien avec la pandémie.

CoronaNEWS

Conseils juridiques sur le droit du travail
Face à la crise sanitaire, les employé.e.s se posent de nombreuses questions : Vais-je continuer à toucher mon salaire ? Mon employeur peut-il me licencier ? Je suis salarié.e horaire et je ne reçois plus de mandats, donc je ne touche plus mon salaire. Que puis-je faire ? Pour les personnes socialement défavorisées, trouver des réponses à ces questions est souvent très compliqué. A l’autre bout du fil, les juristes expérimentés de l’EPER les conseillent gratuitement et trouvent des solutions avec elles.
 
HEKS-Hilfetelefon allgemein
HEKS
Soutien scolaire

Juste après la fermeture des écoles en mars, l’EPER a lancé un projet d’aide à l’apprentissage par chat vidéo afin de soutenir les familles socialement défavorisées dans les régions de Berne et de Suisse orientale. Depuis, chaque région compte une trentaine de tandems composés de bénévoles et d’élèves d’école primaire que les parents n’arrivent pas vraiment à aider dans leurs devoirs pour plusieurs raisons, notamment la barrière de la langue. Ces tandems se retrouvent deux à trois fois par semaine via WhatsApp (vidéo) pour l’aide aux devoirs.

Ce projet d’aide à l’apprentissage s’arrêtera au moment des vacances d’été. En Suisse orientale, il pourrait toutefois se poursuivre en automne 2020.

 

Corona-Hilfe: Lernhilfe per Videochat
Julie Lovens
Vous aussi, aidez-les
Pour mettre en œuvre ces mesures d’aide d’urgence, l’EPER a besoin du soutien de la population suisse. Un grand merci pour votre soutien. Votre don peut vraiment changer les choses.

Faire un don

Aider les personnes dans le besoin

CHF
90
Pour deux dispositifs pour se laver les mains au Bangladesh
CHF
150
Pour des denrées alimentaires au Sénégal
CHF
250
Pour les personnes qui se retrouvent dans une situation financière critique en Suisse
CHF
Montant à choix
Attribution de votre don
Aide d’urgence : Pandémie de coronavirus