Communiqué de presse du 19 avril 2021

Forte solidarité pendant la crise sanitaire : la récolte de fonds de l’EPER dépasse les attentes

Durant la pandémie de COVID-19, l’Entraide Protestante Suisse (EPER) peut compter sur la forte solidarité de l’ensemble de la population suisse. Ce soutien envers les personnes particulièrement affectées par la pandémie, en Suisse et à l’étranger, se reflète dans les recettes d’exploitation réjouissantes de l’année 2020. En effet, nous enregistrons une forte augmentation des dons, totalisant un montant de CHF 78,8 millions, soit environ CHF 10,4 millions de plus qu’en 2019. Après avoir enregistré une baisse des recettes ces dernières années, associée à une augmentation des dépenses et à une réduction nécessaire des réserves du fonds, le résultat d’exploitation positif, ainsi que la fusion avec « Pain pour le prochain » prévue en 2022, nous permettent d’envisager les défis à venir avec optimisme dans un environnement très concurrentiel. 

Avec un montant de CHF 78,8 millions en 2020 (contre CHF 68,4 millions en 2019), les recettes d'exploitation de l’EPER dépassent clairement les attentes. Parallèlement, les dépenses ont totalisé CHF 73,2 millions de francs en 2020, soit un montant moins élevé que prévu (73,8 millions en 2019). Après un prélèvement sur le fonds d’environ CHF 3,3 millions en 2019, CHF 6,2 millions ont pu être attribués au capital des fonds l’année passée en raison de l’écart entre les recettes et les dépenses. Le fonds s’élevait au total à CHF 37,7 millions à la fin de l’année 2020.

En 2020, l’EPER a engagé CHF 61,4 millions pour ses 198 projets en Suisse et à l’étranger. Dans la coopération au développement, l’EPER a mené des projets en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe à hauteur de CHF 12,9 millions. L’EPER a fourni une aide humanitaire aux populations touchées par la sécheresse, les catastrophes naturelles et les conflits armés pour CHF 11,3 millions. Enfin, CHF 2,1 millions ont été reversés à des projets de collaboration avec les Eglises en Europe de l’Est et au Proche-Orient.

En Suisse, l’EPER a investi CHF 27 millions pour mettre en oeuvre ses projets. CHF 17,7 millions ont été attribués à des projets favorisant l’intégration des personnes socialement défavorisées, et CHF 8,9 millions ont été attribués aux consultations juridiques destinées aux personnes requérantes d’asile ou reconnues comme réfugiées, ainsi qu’aux personnes socialement défavorisées.

Une pression économique tangible

Malgré une pression économique accrue, surtout pour les mandats internationaux et les conventions de prestation de la Confédération, des cantons et des communes, un résultat d’exploitation de CHF +5,6 millions a été généré. Ce bon résultat est principalement dû à l’augmentation des contributions des donateurs privés et institutionnels pour les programmes d’aide liés à la pandémie en Suisse et à l’étranger. Le résultat des dons a augmenté d’environ CHF 11,1 millions par rapport à l’année précédente (en 2019 : CHF 5,5 millions de moins).
 
Les recettes des activités menées en Suisse se sont élevées à CHF 32,9 millions, ce qui correspond à 42 % du résultat annuel. Les Eglises cantonales, les paroisses et d’autres organisations ecclésiales ont apporté des contributions à hauteur de CHF 11,3 millions (14 %). La Confédération, les cantons et les communes ont versé CHF 18,9 millions (24 %), les particuliers CHF 16,7 millions (21 %), et la Chaîne du Bonheur CHF 2,5 millions (3 %). Les recettes de prestations du Siège romand et des cinq bureaux régionaux en Suisse alémanique ont contribué au résultat à hauteur de CHF 17,2 millions (22 %).

Concentration sur les programmes

Dans une volonté de se concentrer de manière ciblée sur le portefeuille de projets à l’étranger, les moyens investis en 2020 dans des projets en Europe, en particulier en Moldavie et en Roumanie, ont été moins importants (CHF -1,4 million). C’est également le cas en Amérique latine (Colombie, Haïti) et en Asie, principalement en Palestine/Israël (CHF -1,8 million). La situation politique instable dans certains pays, ainsi que les conditions générales difficiles dues aux restrictions financières et aux embargos, ont également entraîné une diminution des dépenses dans les projets à l’étranger. En revanche, un montant supplémentaire de CHF 1,5 million a été engagé dans les projets d’aide humanitaire d’urgence.

En Suisse, une diminution du nombre des participants liée au COVID-19 a eu lieu dans certains projets, au cours du premier semestre. Ceci a entraîné une réduction des dépenses par rapport à l'année précédente. En même temps, des projets d'urgence ont pu être mis en oeuvre très rapidement grâce aux dons. Les projets ont été continuellement adaptés afin de répondre aux vulnérabilités amenées par la pandémie et le confinement.

La part des coûts administratifs s’élève à CHF 11,8 millions, soit 16,1 % des dépenses totales. L’EPER se situe ainsi toujours en dessous de la moyenne des ONG certifiées Zewo (21 %).

Le rapport annuel et le rapport financier de l’EPER fournissent une multitude d’informations intéressantes sur les projets en Suisse et à l’étranger, ainsi que sur le résultat annuel 2020.

Rapport annuel

Anne Geiger De Feo
Responsable du Département communication, Siège romand
Anne Geiger De Feo