Communiqué de presse du 18 février 2021

Stratégie pour le développement durable 2030 : la Suisse doit assumer sa responsabilité à l’échelle mondiale

Avec sa Stratégie pour le développement durable (SDD) 2030, le Conseil fédéral montre comment il entend mettre en œuvre l’Agenda 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) au cours des dix prochaines années. Ayant participé à la consultation sur la stratégie, l’EPER a fait le constat suivant : le projet reste largement en deçà des ambitions visées par l’Agenda 2030.

En signant ce dernier il y a six ans, les Etats membres de l’ONU – dont la Suisse – se sont engagés à poursuivre un développement durable aux niveaux social, économique et écologique. La Stratégie pour le développement durable (SDD) de la Confédération doit refléter la mise en œuvre de l’Agenda 2030 par la Suisse de manière concrète, ciblée et efficace. Selon l’EPER, le projet de la SDD ne satisfait pas cette exigence.
Humanitäre Hilfe im Kongo: Nahrung als Existenzsicherung zur Unterstützung verletzlicher Bevölkerungsgruppen
Thomas Freteur

Des objectifs concrets, contraignants et mesurables pour la Suisse

Dans sa prise de position sur la consultation soumise hier, l’EPER critique en particulier l’absence d’objectifs concrets, contraignants et mesurables dans le projet. Elle déplore également qu’il ne prévoie pas non plus de ressources financières supplémentaires pour que la Suisse atteigne les objectifs de développement durable sur son territoire d’ici 2030. La Stratégie pour le développement durable ne doit pas se limiter à un catalogue de mesures déjà prises. Elle doit être tournée vers l’avenir et se prononcer sur les ressources financières nécessaires pour sa mise en œuvre.

Assumer ses responsabilités à l’égard de la communauté internationale

L’EPER estime que la responsabilité de la Suisse à l’échelle mondiale doit être davantage prise en compte dans la SDD. En effet, la Suisse occupe une place très élevée au classement mondial en termes de retombées négatives sur d’autres pays : c’est ce qui ressort d’une étude récente menée par la fondation Bertelsmann. Autrement dit, notre pays gêne les autres dans la réalisation des objectifs de développement durable : en important des biens et des prestations, la Suisse entraîne une pollution atmosphérique considérable et un déclin de la biodiversité dans les pays d’origine. La place financière nationale et les exportations d’armes par la Suisse entravent également la réalisation des ODD dans d’autres pays.

L’EPER travaille pour et en collaboration avec les personnes vivant au Sud, qui subissent ces répercussions négatives au quotidien. Aussi, elle demande au Conseil fédéral de tenir compte des effets négatifs induits par la Suisse à l’étranger et de définir tous les objectifs et mesures de la SDD de telle sorte qu’ils contribuent au développement durable non seulement en Suisse, mais aussi à l’échelle mondiale.

 

Garantir les droits et l’implication des personnes vulnérables

Concrètement, cela signifie que la Stratégie pour le développement durable doit se fixer des objectifs clairs pour une politique économique, fiscale et climatique cohérente et qui favorise le développement. Ce document doit également reconnaître la société civile comme un moteur essentiel au développement et la promouvoir en ce sens. Enfin, la stratégie doit protéger et appliquer les droits et la participation égale de tous les groupes de la population défavorisés, notamment les personnes réfugiées et migrantes.

En fin de compte, pour mesurer l’impact de la stratégie, il faut évaluer ses effets positifs sur les personnes les plus vulnérables dans le monde, conformément au principe « ne laisser personne de côté » de l’Agenda 2030.

 

Prise de position détaillée de l’EPER sur la consultation (en allemand)

Dieter Wüthrich
Abteilungsleiter Medien und Information
Dieter Wüthrich

Telefon direkt: 044 360 88 66
Mobile: 076 461 88 70
E-Mail: dieter.wuethrich@heks.ch