Campagne de l’EPER : Les réfugiés syriens au Liban ont besoin de votre aide

Un million et demi de réfugiés syriens ont fui la guerre pour chercher refuge au Liban. Ils sont des milliers à survivre péniblement dans le camp de Chatila, à Beyrouth. L’Entraide Protestante Suisse (EPER) et son partenaire local Najdeh aident à soulager la détresse des familles les plus en difficulté. Pour en savoir plus : www.demandez-lui.ch.

Campagne EPER au Liban
Christian Bobst

Proportionnellement à sa population, le Liban est le pays du Proche-Orient qui a accueilli le plus de réfugiés syriens. Toutefois, il ne leur fournit ni hébergement ni nourriture et il est pratiquement impossible à ces personnes d’obtenir un permis de travail. Au Liban, 70% des réfugiés vivent dans une grande pauvreté – au camp de Chatila, notamment.

Quand 50 dollars font la différence

Le camp de Chatila a été créé en 1949 pour accueillir 3000 réfugiés palestiniens. Aujourd’hui, on estime à 22 000 le nombre de personnes qui vivent dans ce labyrinthe des milliers de personnes sont arrivées de Syrie depuis le début de la guerre. Mais ces « nouveaux » réfugiés ont de la peine à y trouver un toit. Des familles entières payent des loyers exhorbitants et vivent dans des constructions humides, à moitié achevées, dans des entrepôts sans fenêtres ou même dans des cages d’escalier. L’ONU verse aux familles de réfugiés des aides mensuelles, mais celles-ci sont largement insuffisantes pour survivre.

Au vu de la précarité de la situation, les familles les plus démunies sont soutenues par l’organisation locale Najdeh. L’EPER et Najdeh soutiennent 1200 familles en leur versant chaque mois une aide inconditionnelle de USD 50. Avec cet argent, les bénéficiaires peuvent compléter le montant du loyer ou acheter de la nourriture. Les deux organisations ont en outre lancé un projet de rénovation des logements les plus insalubres afin que les familles avec enfants puissent vivre dans un minimum de dignité. Depuis 2016, Najdeh mène un programme de travaux rémunérés (dits « cash for work ») : en participant régulièrement à des travaux communautaires, 160 réfugiés touchent un petit revenu mensuel de USD 50 en plus des aides inconditionnelles.

Petits moyens, grands effets

Face à la crise majeure des réfugiés syriens, le soutien de l’EPER peut sembler une goutte d’eau dans l’océan. Mais pour les familles qui vivent à Chatila, c’est une lueur d’espoir dans une situation qui paraît sans issue. Le site de la campagne www.demandez-lui.ch donne la parole à des personnes qui parlent de leur combat quotidien et disent aussi combien l’aide de l’EPER a changé leur situation. L’EPER aide là où la détresse est la plus grande

Photos à télécharger

http://on.heks.ch/leila-pressebilder

Joëlle Herren
Responsable médias
Joëlle Herren Laufer

Téléphone direct: 021 613 44 59
Mobile: 078 661 08 97