Communiqué de presse du 26 mars 2019

L’EPER mise sur la stabilité et le recentrage de ses activités dans un contexte difficile

Comme beaucoup d’autres organisations non gouvernementales (ONG) suisses, l’Entraide Protestante Suisse (EPER) a été confrontée à un contexte difficile en 2018. Avec CHF 66,2 millions, ses recettes d’exploitation sont restées en deçà des attentes, tandis que les dépenses se situaient dans le cadre budgétaire à CHF 75 millions. Par conséquent, l’EPER place les années 2019 et 2020 sous le signe de la stabilisation financière et du recentrage de ses projets. Dans cette perspective, le Groupe de direction et le Conseil de fondation ont déjà pris une série de mesures à tous les niveaux, dont des réductions de personnel.

En 2018, l’EPER a mené environ 300 projets d’un volume total de CHF 64,3 millions en Suisse et dans 32 autres pays. Elle a ainsi amélioré les conditions de vie de plus d’un million de personnes sur quatre continents. Dans le domaine de la coopération au développement, l’EPER a mené des projets pour un montant de CHF 19,5 millions en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique latine. CHF 2,6 millions ont servi à assurer des projets de collaboration avec les Eglises en Europe de l’Est et au Moyen-Orient. L’EPER a fourni une aide humanitaire aux populations touchées par la sécheresse, les catastrophes naturelles et les conflits armés pour un montant de CHF 7 millions. CHF 25,7 millions ont été investis dans les projets en Suisse : CHF 19,4 millions pour soutenir l’intégration de personnes socialement défavorisées et CHF 6 millions pour assurer les consultations juridiques au bénéfice de personnes requérantes d’asile, de personnes réfugiées et d’autres groupes de personnes défavorisées.

HEKS setzt auf Stabilisierung und Fokussierung in schwierigem Umfeld
HEKS

Pression économique et contexte concurrentiel
Les résultats de l’EPER pour l’exercice 2018 reflètent l’environnement de plus en plus exigeant auquel les œuvres d’entraide suisse sont confrontées. Le contexte global est marqué par la pression économique et une concurrence accrue, aussi bien en ce qui concerne les mandats à l’étranger que les conventions de prestation en Suisse. Le niveau général des dons versés aux projets d’aide humanitaire est en recul, de même que les contributions des donateurs institutionnels. Ces facteurs combinés ont conduit l’EPER à investir dans les projets suisses et internationaux CHF 7,7 millions sur les réserves des fonds existants.

La part des recettes provenant des projets menés en Suisse est de CHF 26,7 millions (40%). Les Eglises cantonales, les paroisses et d’autres organisations ecclésiales ont apporté des contributions à raison de CHF 13,2 millions (20%). Un total de CHF 14,9 millions, soit 23% des recettes, provient de contributions versées par la Confédération, les cantons et les communes, tandis que les particuliers ont versé CHF 11,5 millions (17%) et la Chaîne du Bonheur, CHF 3 millions (5%). Les cinq bureaux régionaux de Suisse alémanique et le Siège romand ont fourni des prestations qui se chiffrent à CHF 16,5 millions (25%).

La part des coûts administratifs calculée selon les normes ZEWO correspond à 14,5% de l’ensemble des dépenses, soit CHF 10,8 millions. Les coûts administratifs de l’EPER sont donc en dessous de la moyenne des ONG certifiées ZEWO (21%).

Concentration des activités des programmes
Etant donné le déséquilibre actuel entre les recettes et les dépenses, le Conseil de fondation et le Groupe de direction ont pris une série de mesures afin de stopper la réduction des fonds d’ici à 2020. Dans cette perspective, l’EPER entend recentrer son portefeuille de projets à l’étranger. Ces prochains mois, elle mettra fin aux projets menés en Moldavie et au Zimbabwe de manière échelonnée. En Colombie et en Israël / Palestine, l’EPER réduira le nombre de projets et se concentrera à l’avenir sur la transformation des conflits.

Indépendamment de la situation actuelle, le Conseil de fondation et le Groupe de direction ont décidé, il y a quelques mois, de mettre fin à la présence de l’EPER en Inde. Ce pays est l’un des tout premiers dans lesquels l’EPER s’est engagée, il y a de cela plusieurs dizaines d’années. Conformément à son principe d’aide à l’autonomie, l’EPER se retirera de l’Inde tout en encourageant la prise de responsabilité de ses partenaires locaux.

En Suisse, l’objectif est de maintenir les activités en faveur des personnes les plus vulnérables malgré les difficulté économiques actuelles. Des mesures sont prises pour resserrer les coûts de suivi des projets. Seules les prestations de certains projets seront réduites en Suisse alémanique.

Le processus de recentrage des activités de projet s’accompagne d’une réduction de personnel en Suisse. Celle-ci touchera six personnes dans toutes les divisions de l’EPER et plus particulièrement au niveau de l’administration et de la communication. Le Conseil de fondation et le Groupe de direction assumeront leur responsabilité sociale envers le personnel dans la mise en œuvre de cette décision.

Les mesures entreprises permettront à l’EPER de créer les conditions nécessaires pour continuer à fournir une aide durable et efficace aux personnes les plus vulnérables et défavorisées en Suisse et dans le monde.

 

Olivier Graz
Responsable du département communication, Siège romand
Olivier Graz
Téléphone direct: 021 613 40 80

Mobile: 078 661 08 97