Malaisie, Nigeria, Honduras

Des communautés villageoises luttent contre l’extension des plantations de palmiers à huile

En Malaisie, les communautés autochtones du Sarawak ont déjà perdu de très nombreux champs et forêts en raison des activités des entreprises d’huile de palme. Le fait que la production d’huile de palme entraîne la déforestation de forêts tropicales et le déplacement de communautés villageoises est connu depuis longtemps. La « Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) » promet d’y remédier. Elle certifie des entreprises et des plantations qui produisent une huile de palme dite « durable », mais cela apporte-t-il vraiment des améliorations pour les personnes sur place ? La production d’huile de palme ne cesse de s’étendre, surtout dans les pays africains et latino-américains. Des familles paysannes du Nigeria et du Honduras souffrent aussi des gros investissements réalisés dans les plantations industrielles. Ceux-ci attisent les conflits pour la terre et détruisent les forêts tropicales et la biodiversité.

Projet:

EPER soutient le réseau africain de Friends of the Earth et les organisations partenaires en Malaisie et au Honduras. Les informations recueillies au cours de la dernière phase du projet sur les conséquences et les problèmes liés aux plantations de palmiers à huile constituent la base du travail de plaidoyer et lobbying au niveau national et international. Par exemple, l'organisation malaisienne SAM a analysé en détail l'impact des plantations de palmiers à huile sur deux communautés autochtones du Sarawak. Dans la nouvelle phase du projet, SAM poursuit son travai de lobbying auprès du gouvernement afin de mieux protéger les droits fonciers traditionnels. L'analyse a montré que la certification par la Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) n'apportera aucune amélioration pour les communautés. Au Honduras et dans les pays africains, l'objectif est de faire connaître les effets destructeurs des plantations. Parallèlement, des alternatives à l’économie de plantation sont discutées dans des ateliers.
Un projet pilote au Bénin montre qu'il existe une autre solution : sur trois hectares, les gens cultivent de l'huile de palme durable sans pesticides ni engrais. Des haricots de Mucuna peuvent être plantés en combinaison avec le palmier à huile fournissant au palmier des matières premières importantes et hydratant le sol durablement. Ces méthodes et la gestion communautaire des forêts sont plus durables que tous les certificats de durabilité actuels.
Soutenir les communautés locales dans la défense de leurs droits est tout aussi important que d’agir en Suisse. C'est pourquoi EPER et Pro Natura sensibilisent le monde politique aux conséquences de du boom de la production d'huile de palme pour l’humain et l'environnement.

Objectifs du projet:

Engagement au Sud

  • Lobbying pour la protection des droits fonciers traditionnels des communautés autochtones basé sur des analyses et rapports de recherche.
  • Sensibilisation aux effets destructeurs de l’économie de plantation industrielle. Promotion des systèmes de culture agroécologiques.
  • Développement de mesures, en particulier des campagnes et du travail médiatique, afin de parvenir à des améliorations sur place.

Engagement au Nord

  • Sensibilisation de l’opinion publique suisse et des milieux politique et économique sur les effets du boom de l’huile de palme pour l’être humain et l’environnement.
  • Travail de lobbying et de plaidoyer au niveau international pour une transformation de l'économie des plantations vers des systèmes alimentaires locaux, agroécologiques et diversifiés.

Faire un don!

Project Details
Chargé·e de projet
Tina Goethe
Numéro de projet
490.908

Project duration

2020
2023
Budget
CHF 46 000
Organisations partenaires
Madre Tierra Honduras, Sahabat Alam Malaysia (SAM), et le réseau africain de l'organisation internationale Friends of the Earth
Partenaires financiers

Les activités Sud sont co-financées par la DDC.

Contact

+41 21 613 40 70
info@eper.ch