Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Interprétation communautaire et médiation interculturelle » au Bangladesh

Malgré un essor économique et social important, par exemple dans les domaines de la santé et de la formation, le Bangladesh est politiquement instable et en proie à la corruption. Des millions de personnes vivent dans un dénuement extrême. Certaines minorités ethniques, religieuses ou sociales sont de surcroît victimes de discriminations. Situé sur l’un des plus grands deltas du monde, le pays est très exposé aux inondations et aux cyclones tropicaux. L’EPER axe ses projets autour du développement des communautés rurales et de la transformation des conflits : elle aide les minorités discriminées à assurer leur subsistance et les soutient dans leurs revendications pour l’égalité des droits et la justice. L’EPER intervient également avec une aide d’urgence et une aide à la reconstruction en cas de catastrophe.

EPER au Bangladesh

Chiffres clés

En 2017, grâce au travail de l'EPER, plus de 6000 personnes de minorités Dalits et Adibashis ont accru leurs revenus.

Dans le camp de réfugiés de Jamtoli, l'EPER a apporté une aide d'urgence à 13 500 réfugiés rohingyas. 

L’interprétation communautaire et la médiation interculturelle sont indispensables à une compréhension au-delà des barrières linguistiques et culturelles. Les interprètes communautaires permettent par exemple à un patient de se faire comprendre de son médecin. Les médiateurs interculturels sont là pour animer des ateliers sur la prévention de la santé, par exemple, ou la formation parentale. L’EPER organise des formations dans ces métiers et fait l’intermédiaire, selon les besoins, dans les régions d’Argovie / Soleure, de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Elle organise en outre des formations parentales.