Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » en Israël-Palestine

Dans une région marquée par un conflit de longue date, l’EPER veut promouvoir une paix fondée sur la justice et le respect des droits humains. Ces derniers ont été fortement entravés par le conflit, ce qui empêche de parvenir à une paix durable. L’EPER axe son travail sur les acteurs de la société civile qui s’engagent par des moyens non violents pour la résolution des injustices et des conflits existants. A ces fins, un réseau est tissé entre les organisations locales et internationales en vue de trouver des solutions pour une paix juste, fondée sur les droits humains. Dans le cadre du programme œcuménique d’accompagnement (EAPPI), l’EPER contribue à la protection de la population civile par la présence d’observatrices et d’observateurs internationaux des droits humains et organise des campagnes de sensibilisation en Suisse.

EPER en Palestine/Israël

Chiffres clés

En 2019, neuf organisations partenaires se sont engagées pour instaurer un dialogue direct entre les différentes communautés. Dans cinq régions, elles ont ainsi obtenu l’accès à la terre de manière pacifique, que ce soit pour l’agriculture, les droits de passage ou l’accès aux infrastructures culturelles.

L’EPER a envoyé huit bénévoles pour jouer le rôle d’observatrices et d’observateurs des droits de l’homme. L’objectif principal était de renforcer la sécurité pour les écolières et les écoliers.

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.