Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » au Cambodge

Le Cambodge compte parmi les pays les plus pauvres d’Asie du Sud-Est. Le sombre chapitre des Khmers rouges n’est pas encore tout à fait refermé. Le pays vit actuellement sous un régime autoritaire et peine à passer à une réelle démocratie. Son développement économique s’en ressent fortement. L’agriculture, qui nourrit environ 80% de la population, pourrait être largement améliorée. Afin d’aider les familles de petits paysans à consolider leurs moyens de survie et à accroître leur autonomie, l’EPER travaille avec des organisations partenaires locales sur un vaste programme pays, dans lequel plusieurs projets complémentaires visent l’amélioration de la production agricole et la promotion de la paix.

EPER au Cambodge

Chiffres clés

En 2019, l’EPER a pu résoudre de manière pacifique plus de 20 conflits liés à la terre ou à d’autres ressources, dont certains duraient depuis plusieurs années. 3600 personnes ont ainsi obtenu un accès à la terre, notamment essentiel pour l’agriculture. L’EPER a favorisé l’accès au marché pour les petits producteurs agricoles. 51% des 1420 familles ont ainsi pu augmenter leurs revenus.

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.