Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Plaidoyer dans le domaine de l’asile » au Liban

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a recensé 996 000 de réfugiés syriens au Liban. Cela représente un quart de la population libanaise. Dans les camps de Chatila et de Borj el Barajneh, deux quartiers de Beyrouth, la détresse est immense. Depuis 2015, L’EPER, en collaboration avec la Chaîne du Bonheur et l’Eglise évangélique vaudoise en Italie, apporte une aide d’urgence aux familles de réfugiés syriens et aux familles d’accueil. En outre, dans le cadre de la collaboration avec les Eglises, elle soutient l’Eglise évangélique de Beyrouth dans son travail : vie de la communauté ecclésiastique, responsabilité sociale des Eglises envers l’ensemble de la population, dialogue entre représentants des différentes Eglises, classes et activités de loisirs pour les enfants de réfugiés ou de travailleurs migrants font partie des objectifs visés. 

EPER au Liban

Chiffres clés

Dans le cadre des projets cash for work (travaux rémunérés), l’EPER a donné de l’argent à 800 personnes réfugiées afin qu’elles puissent s’acheter des denrées alimentaires et des médicaments et payer leur loyer. En 2019, les logements de 84 familles ont également été rénovés. Les organisations partenaires ecclésiastiques ont offert un soutien scolaire à 80 enfants réfugiés.

Le respect de la dignité humaine fait partie des fondements de la Confédération suisse. Il implique que chaque être humain a droit au respect et à la protection. Les personnes réfugiées ou requérantes d’asile sont dans une situation particulièrement vulnérable, car leur pays d’origine ne peut pas leur accorder cette protection. Elle ne parlent pas nécessairement la langue et ne connaissent pas le système juridique suisse. Vu la complexité de la procédure d’asile, elles ont besoin d’informations neutres et, souvent, de représentants légaux. C’est ici qu’interviennent les Bureaux de consultation juridique.