Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Interprétation communautaire et médiation interculturelle » en Honduras

Le Honduras fait partie des pays les plus pauvres d’Amérique latine. Près de 65% de sa population vit dans une grande misère. Délaissée par les autorités, la paysannerie émigre en masse vers les villes ou à l‘étranger. Malgré tout, de nombreuses personnes n’ont pas perdu espoir en un avenir meilleur. Les communautés villageoises s’engagent avec responsabilité et créativité. L’EPER les aide à accroître la production agricole, mais aussi à défendre les droits humains dans un contexte où les droits de la société civile ne cessent d’être bafoués. Comme les dangers naturels n’épargnent pas le Honduras, l’EPER travaille également sur la prévention des catastrophes. 

EPER au Honduras

Chiffres clés

En 2019, 76% des 5000 familles de paysans ont augmenté leur production et 70% leurs revenus grâce à l’EPER. 900 agricultrices et agriculteurs produisent des semences locales adaptées au climat de la région. 12 petites organisations de défense des droits humains ont été soutenues et accompagnées dans leur travail de protection des personnes en danger.

L’interprétation communautaire et la médiation interculturelle sont indispensables à une compréhension au-delà des barrières linguistiques et culturelles. Les interprètes communautaires permettent par exemple à un patient de se faire comprendre de son médecin. Les médiateurs interculturels sont là pour animer des ateliers sur la prévention de la santé, par exemple, ou la formation parentale. L’EPER organise des formations dans ces métiers et fait l’intermédiaire, selon les besoins, dans les régions d’Argovie / Soleure, de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne. Elle organise en outre des formations parentales.