Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » en Arménie

Le programme de l’EPER en Arménie s’inscrit dans le programme régional du Caucase du Sud. La promotion d’activités génératrices de revenus et le renforcement de la société civile doivent contribuer à une cohabitation pacifique et à l’amélioration des conditions de vie en milieu rural. Les personnes actives dans ce secteur reçoivent des formations en agriculture biologique en vue d’accroître leurs rendements agricoles, et donc leurs revenus. Le programme leur permet aussi d’accéder à des infrastructures indispensables, aux microcrédits et aux marchés. En matière de cohésion sociale, l’EPER aide ses organisations partenaires à développer un réseau qui transmet à ses membres des renseignements neutres sur la politique, la société et les conflits actuels dans tout le Caucase du Sud, en collaboration avec les milieux politiques, les médias et les organisations de la société civile.

EPER en Arménie

Chiffres clés

Le Caucase du Sud est malmené par de nombreux conflits. Les jeunes sont encouragés à promouvoir la paix dans la région, et 15 000 jeunes sont soutenus dans des projets en faveur de la paix et du dialogue entre les peuples. 

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.