Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Intégration sociale » en République tchèque

L’EPER entretient des relations étroites avec l’Eglise évangélique des Frères tchèques depuis plusieurs décennies, avec pour objectif principal de consolider l’Eglise et son travail de diaconie. En République tchèque, seuls 40% de la population appartiennent à une communauté religieuse. L’Eglise évangélique des Frères tchèques veille à la préservation des valeurs que sont l’amour du prochain et la solidarité. L’EPER la soutient dans son travail auprès des jeunes et des enfants, dans la rénovation d’Eglises, de maisons paroissiales et de salles paroissiales et dans l’encouragement de personnes marginalisées. Cette collaboration repose notamment sur le transfert de savoir et d’expériences entre la Suisse et la République tchèque au travers de partenariats entre paroisses, de voyages organisés et d’échanges entre spécialistes.

EPER en Tchétchénie

Chiffres clés

Dans sept régions de République tchèque, l’EPER soutient des bénévoles qui œuvrent pour l’intégration des personnes réfugiées. 2000 travailleurs migrants ont bénéficié de l’offre de conseil et ont fait appel au bureau de consultation mis en place par l’organisation partenaire de l’EPER. Environ 800 jeunes issus de milieux précaires ont pu participer à des camps de vacances ou de jeunesse grâce à l’EPER.

Il est de plus en plus fréquent que le statut social, l’appartenance ethnique, l’âge, le sexe ou la religion soient des facteurs d’exclusion. L’intégration des personnes avec un parcours migratoire peut être de surcroît entravée par une méconnaissance de la langue ou des particularismes culturels suisses, voire par la discrimination sur le marché du travail. L’EPER s’engage pour que les personnes concernées aient accès à l’éducation, à la formation, au travail et aux prestations des services publics. L’intégration est cependant l’affaire de la société dans son ensemble. Elle nécessite un esprit d’ouverture, mais aussi des éléments structurels qui permettent à tout un chacun de prendre une part active dans la société. La condition préalable est que l’égalité des chances et des droits soit garantie et que des critères d’âge, de sexe, de statut social, de nationalité ou de religion n’aient pas d’effet discriminatoire.