Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » en Ouganda

Environ 1,3 million de réfugiés se trouvent actuellement en Ouganda. La plupart viennent du Soudan du Sud voisin, où une guerre civile fait rage : plus de 4,5 millions de personnes ont été contraintes d’abandonner leur foyer. Le camp de Bidibidi, l’un des plus importants au monde, a déjà accueilli 230 000 personnes réfugiées du Soudan du Sud. Les conditions de vie et d’hygiène y sont extrêmement précaires. Et chaque mois voit arriver de nouvelles personnes, femmes et enfants principalement.

Ces personnes n’ont plus accès à de la nourriture ni à de l’eau potable. Pour 2019, on s’attend à 50 000 arrivées supplémentaires à Bidibidi.

L’EPER et son partenaire ACORD ont commencé en mai 2017 à fournir une aide d’urgence aux réfugiés de Bidibidi et à la population des villages environnants. L’accent est mis sur l’approvisionnement en eau potable de qualité, la construction de latrines et les formations à l’hygiène.

globus_ouganda

Plus de 230 000 personnes ont fui la guerre civile qui fait rage au Soudan du Sud pour se réfugier dans le camp de Bidibidi. Depuis 2017, l’EPER et son partenaire ACORD viennent en aide à 100 000 personnes par l’approvisionnement en eau potable, la construction de latrines et des formations sur l’hygiène et la qualité de l’eau.

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.