Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage au Myanmar

Le 1er février 2021, l’armée birmane a repris le pouvoir au Myanmar (anciennement Birmanie) et la cheffe de facto du gouvernement, Aung Saan Suu Kyi, a été arrêtée et assignée à résidence. Face au putsch, les citoyennes et les citoyens ont d’abord exprimé leur colère sur les réseaux sociaux, avant de descendre dans la rue. La junte militaire a largement sous-estimé la violence de la résistance et mise de plus en plus sur les menaces et l’intimidation pour réprimer les soulèvements populaires.

Dans le pays, la situation était déjà difficile avant le coup d’état. En effet, les restrictions liées à la pandémie de coronavirus avaient des répercussions financières dramatiques pour la population. Au cours de l’année 2020, le nombre de ménages vivant sous le seuil de pauvreté est ainsi passé de 16 à 63 %. En outre, plus de 330 000 personnes ont dû fuir les conflits armés entre les militaires et les différents groupes ethniques. Ces personnes déplacées vivent maintenant dans des conditions similaires à celles des camps.

Dans le cadre de son travail au Myanmar, l’EPER souhaite contribuer à améliorer les conditions de vie des minorités ethniques et autres groupes marginalisés au Myanmar. L’agriculture est un facteur essentiel au développement économique, social et écologique du pays. Mais pour améliorer l’efficience de la production et de la transformation de leurs produits agricoles, les familles de petits paysans ont besoin d’aide. Au Myanmar, les personnes instruites qui sont force d’innovation ne manquent pas. Mais le contexte actuel ne leur permet pas de donner vie à leurs idées entrepreneuriales. Le programme de l’EPER au Myanmar met ainsi l’accent sur l’identification, la formation et la mise en réseau d’entreprises sociales locales dans le secteur agricole.

HEKS wirkt in Myanmar

Chiffres clés

Durant la deuxième année où l’EPER était sur place, 2000 familles de petits paysans ont obtenu un accès direct, et 7000 autres familles un accès indirect à des machines agricoles, des semences et des formations continues autour des prix du marché et de la comptabilité. Pour ce faire, l’organisation avait mis en place des petits projets innovants. Les agricultrices et les agriculteurs produisent ainsi de manière plus efficace et dégagent des bénéfices en revendant leurs produits, ce qui leur garantit des moyens de subsistance stables.