Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Intégration sociale » en Afrique

En Afrique, l’EPER est active dans sept pays : l’Ethiopie, le Niger, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Soudan du Sud, l'Ouganda et le Zimbabwe. Le développement des communautés rurales est au cœur de son engagement dans ces pays. L’EPER soutient les familles de petits paysans dans leurs efforts pour stabiliser leurs moyens de subsistance à travers l’accès à la terre et à l’eau potable, la préservation des ressources naturelles, des méthodes de culture écologiques et des mesures de prévention des catastrophes. La sécurité alimentaire, la diversification des sources de revenus et les mesures de protection contre les sécheresses et les inondations sont autant de domaines qui font la différence dans les régions rurales. Par ailleurs, l’EPER coopère avec des organisations locales afin d’apporter une aide humanitaire en cas de famines de grande ampleur. Dans les régions de fortes tensions, elle travaille sur la prévention et la résolution des conflits.

EPER en afrique

Faits :  

En Afrique, l'EPER est active dans sept pays: l'Ethiopie, la République démocratique du Congo, le Niger, le Sénégal, le Zimbabwe, le Soudan du Sud et l'Ouganda.

Il est de plus en plus fréquent que le statut social, l’appartenance ethnique, l’âge, le sexe ou la religion soient des facteurs d’exclusion. L’intégration des personnes avec un parcours migratoire peut être de surcroît entravée par une méconnaissance de la langue ou des particularismes culturels suisses, voire par la discrimination sur le marché du travail. L’EPER s’engage pour que les personnes concernées aient accès à l’éducation, à la formation, au travail et aux prestations des services publics. L’intégration est cependant l’affaire de la société dans son ensemble. Elle nécessite un esprit d’ouverture, mais aussi des éléments structurels qui permettent à tout un chacun de prendre une part active dans la société. La condition préalable est que l’égalité des chances et des droits soit garantie et que des critères d’âge, de sexe, de statut social, de nationalité ou de religion n’aient pas d’effet discriminatoire.