Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Défense des droits des personnes socialement défavorisées » en Afrique

En Afrique, l’EPER est active dans sept pays : l’Ethiopie, le Niger, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Soudan du Sud, l'Ouganda et le Zimbabwe. Le développement des communautés rurales est au cœur de son engagement dans ces pays. L’EPER soutient les familles de petits paysans dans leurs efforts pour stabiliser leurs moyens de subsistance à travers l’accès à la terre et à l’eau potable, la préservation des ressources naturelles, des méthodes de culture écologiques et des mesures de prévention des catastrophes. La sécurité alimentaire, la diversification des sources de revenus et les mesures de protection contre les sécheresses et les inondations sont autant de domaines qui font la différence dans les régions rurales. Par ailleurs, l’EPER coopère avec des organisations locales afin d’apporter une aide humanitaire en cas de famines de grande ampleur. Dans les régions de fortes tensions, elle travaille sur la prévention et la résolution des conflits.

EPER en afrique

Faits :  

En Afrique, l'EPER est active dans sept pays: l'Ethiopie, la République démocratique du Congo, le Niger, le Sénégal, le Zimbabwe, le Soudan du Sud et l'Ouganda.

Les personnes socialement défavorisées sont le pivot de l’activité de l’EPER. Il s’agit notamment de requérant-e-s d’asile et de réfugié-e-s, de personnes sans statut de séjour légal, de personnes avec peu de revenus et de celles exposées à des discriminations. Toutes ces personnes sont particulièrement vulnérables. Elles risquent de voir leurs droits bafoués et d’être marginalisées par la société. L’EPER leur offre un soutien juridique, s’efforce de les soutenir dans la défense de leurs droits et les aide à améliorer leur quotidien. Elle s’engage pour que toute personne puisse trouver protection en Suisse si son retour dans son pays d’origine ou dans un pays tiers la met en danger, que ce soit pour des raisons médicales, à cause d’une guerre ou de conflits violents, de l’absence de réseau social ou de persécutions ciblées.