Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » en Afrique

En Afrique, l’EPER est active dans sept pays : l’Ethiopie, le Niger, la République démocratique du Congo, le Sénégal, le Soudan du Sud, l'Ouganda et le Zimbabwe. Le développement des communautés rurales est au cœur de son engagement dans ces pays. L’EPER soutient les familles de petits paysans dans leurs efforts pour stabiliser leurs moyens de subsistance à travers l’accès à la terre et à l’eau potable, la préservation des ressources naturelles, des méthodes de culture écologiques et des mesures de prévention des catastrophes. La sécurité alimentaire, la diversification des sources de revenus et les mesures de protection contre les sécheresses et les inondations sont autant de domaines qui font la différence dans les régions rurales. Par ailleurs, l’EPER coopère avec des organisations locales afin d’apporter une aide humanitaire en cas de famines de grande ampleur. Dans les régions de fortes tensions, elle travaille sur la prévention et la résolution des conflits.

EPER en afrique

Faits :  

En Afrique, l'EPER est active dans sept pays: l'Ethiopie, la République démocratique du Congo, le Niger, le Sénégal, le Zimbabwe, le Soudan du Sud et l'Ouganda.

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.