Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Défense des droits des personnes socialement défavorisées » en Ethiopie

Bien que l’Ethiopie ait réalisé des progrès en matière de lutte contre la faim et la misère, le changement climatique et l’érosion des sols y provoquent de graves sécheresses et des crises alimentaires. L’EPER et ses partenaires locaux aident environ 55 000 personnes en zones rurales à accéder à l’eau potable, à développer des méthodes agricoles durables, à encourager la biodiversité et à renforcer leurs capacités d’adaptation aux sécheresses et aux inondations. Afin que les ressources naturelles soient accessibles sur le long terme, l’EPER intensifie sa collaboration avec des réseaux et des organisations éthiopiennes spécialisées dans ces domaines et étend ses activités à d’autres régions. La société civile est par ailleurs soutenue lorsqu’elle revendique ses droits face aux autorités.

Suite aux conflits qui règnent au Soudan du Sud, à la sécheresse chronique et aux invasions massives de criquets pèlerins, l’EPER poursuit son aide humanitaire dans le pays.

EPER en Ethiopie

Chiffres clés

En 2018, l’EPER a amélioré l’accès à l’eau potable pour près de 55 000 personnes.

3 100 familles ont réalisé de meilleurs revenus grâce à l’apiculture.

38 000 personnes ont reçu une aide humanitaire suite aux conséquences de la sécheresse.

Les personnes socialement défavorisées sont le pivot de l’activité de l’EPER. Il s’agit notamment de requérant-e-s d’asile et de réfugié-e-s, de personnes sans statut de séjour légal, de personnes avec peu de revenus et de celles exposées à des discriminations. Toutes ces personnes sont particulièrement vulnérables. Elles risquent de voir leurs droits bafoués et d’être marginalisées par la société. L’EPER leur offre un soutien juridique, s’efforce de les soutenir dans la défense de leurs droits et les aide à améliorer leur quotidien. Elle s’engage pour que toute personne puisse trouver protection en Suisse si son retour dans son pays d’origine ou dans un pays tiers la met en danger, que ce soit pour des raisons médicales, à cause d’une guerre ou de conflits violents, de l’absence de réseau social ou de persécutions ciblées.