Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Intégration sociale » en Honduras

Le Honduras fait partie des pays les plus pauvres d’Amérique latine. Près de 65% de sa population vit dans une grande misère. Délaissée par les autorités, la paysannerie émigre en masse vers les villes ou à l‘étranger. Malgré tout, de nombreuses personnes n’ont pas perdu espoir en un avenir meilleur. Les communautés villageoises s’engagent avec responsabilité et créativité. L’EPER les aide à accroître la production agricole, mais aussi à défendre les droits humains dans un contexte où les droits de la société civile ne cessent d’être bafoués. Comme les dangers naturels n’épargnent pas le Honduras, l’EPER travaille également sur la prévention des catastrophes. 

EPER au Honduras

Chiffres clés

En 2016, grâce au travail de l’EPER, 20 500 personnes ont pu améliorer leurs conditions de vie.

L’aménagement de nouveaux systèmes d’irrigation a permis à 1600 personnes d’obtenir de l’eau potable.

Il est de plus en plus fréquent que le statut social, l’appartenance ethnique, l’âge, le sexe ou la religion soient des facteurs d’exclusion. L’intégration des personnes avec un parcours migratoire peut être de surcroît entravée par une méconnaissance de la langue ou des particularismes culturels suisses, voire par la discrimination sur le marché du travail. L’EPER s’engage pour que les personnes concernées aient accès à l’éducation, à la formation, au travail et aux prestations des services publics. L’intégration est cependant l’affaire de la société dans son ensemble. Elle nécessite un esprit d’ouverture, mais aussi des éléments structurels qui permettent à tout un chacun de prendre une part active dans la société. La condition préalable est que l’égalité des chances et des droits soit garantie et que des critères d’âge, de sexe, de statut social, de nationalité ou de religion n’aient pas d’effet discriminatoire.