Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Intégration sociale » en Europe

En Europe, l’EPER travaille dans les pays suivants : Arménie, Géorgie, Hongrie, Italie, Kosovo, Moldavie, République tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie et Ukraine. Ses thèmes prioritaires sont le développement des communautés rurales et la collaboration avec les Eglises. L’EPER entretient des relations étroites avec les Eglises réformées d’Europe de l’Est, qu’elle soutient, depuis des décennies dans certains cas, dans leurs projets diaconaux en faveur de l’intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées. Au travers de partenariats entre paroisses, l’EPER encourage les échanges d’expériences et de connaissances. Elle mène en outre un vaste programme pour l’intégration des Roms dans l’économie et la société, par lequel elle agit sur les conditions de logement et l’accès à la santé, à la formation et à des sources de revenus. Elle mène actuellement une action humanitaire en Ukraine et en Turquie.

EPER en Europe

Faits:

En Europe, l'EPER opère dans onze pays: l'Arménie, la Géorgie, l'Italie, le Kosovo, la Moldavie, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la République tchèque, l'Ukraine et la Hongrie.

 

 

Il est de plus en plus fréquent que le statut social, l’appartenance ethnique, l’âge, le sexe ou la religion soient des facteurs d’exclusion. L’intégration des personnes avec un parcours migratoire peut être de surcroît entravée par une méconnaissance de la langue ou des particularismes culturels suisses, voire par la discrimination sur le marché du travail. L’EPER s’engage pour que les personnes concernées aient accès à l’éducation, à la formation, au travail et aux prestations des services publics. L’intégration est cependant l’affaire de la société dans son ensemble. Elle nécessite un esprit d’ouverture, mais aussi des éléments structurels qui permettent à tout un chacun de prendre une part active dans la société. La condition préalable est que l’égalité des chances et des droits soit garantie et que des critères d’âge, de sexe, de statut social, de nationalité ou de religion n’aient pas d’effet discriminatoire.