Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Structuration du quotidien et programmes d’occupation » en Serbie

Après les guerres de Bosnie et du Kosovo, la Serbie a été marquée par l’isolement international, la dégradation économique et l’effondrement des infrastructures sociales. La pauvreté et le chômage constituaient des problèmes majeurs. Actuellement, quelque 10% de la population vivent au-dessous du seuil de pauvreté et un tiers de la population se situe juste au-dessus. Le taux de chômage est de l’ordre de 20%. Les minorités sont particulièrement touchées par le chômage et l’absence d’accès aux services sociaux. L’EPER soutient l’intégration économique et sociale des 500 000 Roms de Serbie en axant son travail sur l’amélioration des conditions de logement, l’accès à la formation et à la santé, le travail et l’acquisition de revenus. Elle soutient en outre la mise en place de services de soins à domicile destinés aux personnes âgées et malades vivant dans les communes rurales. 

EPER en Serbie

Chiffres clés

En 2017, l'EPER a amélioré l'accès à l'école publique à 2000 familles roms. 

1700 personnes dans cinq camps de réfugiés ont bénéficié de meilleures installations sanitaires. 

Outre les difficultés financières qu’il implique, le chômage de longue durée conduit fréquemment à l’isolement et à des problèmes de santé. Il en résulte une perte de repères et de liens sociaux. Pour les personnes réfugiées, admises provisoirement ou dont la procédure de demande d’asile est en cours, les difficultés de trouver un emploi ou de sortir de la marginalisation sont encore plus marquées. Celles sans titre de séjour vivent des situations inextricables. A travers divers programmes d’occupation, l’EPER leur propose de se consacrer à des activités utiles dans les régions d’Argovie / Soleure, de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne, de Berne, de Suisse orientale, de Suisse romande et de Zurich / Schaffhouse.