Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Défense des droits des personnes socialement défavorisées » dans les Cantons d' Argovie et Soleure

Le Bureau régional de l’EPER dans les cantons d’Argovie et de Soleure axe ses offres de conseils et de services sur la pratique. Avec professionalisme, il fournit des conseils juridiques aux personnes reléguées en marge de la société. Il répond aux besoins des personnes qui s’adressent à lui grâce à ses offres dans les domaines social et juridique et à sa collaboration avec d’autres œuvres d’entraide, des administrations et des institutions privées.

 

Les thèmes prioritaires du Bureau régional sont les consultations juridiques aux personnes requérantes d’asile et aux personnes socialement défavorisées, l’intégration sociale des personnes issues de la migration ou des Suissesses et des Suisses victimes de la pauvreté et, grâce à des interprètes, la mise en relation des personnes de langue étrangère avec les institutions actives dans les domaines de la santé, du social et de la formation.

EPER dans les cantons d'Argovie et de Soleure

Bureau régional Argovie/Soleure

EPER - Bureau régional Argovie/ Soleure
Augustin-Keller-Str. 1 
Case postale
5001 Aarau
Tél.: +41 62 836 30 20
Fax: +41 62 836 30 29
E-Mail: aargau-solothurn@heks.ch

 

Responsable bureau régional:
Regula Schär

Les personnes socialement défavorisées sont le pivot de l’activité de l’EPER. Il s’agit notamment de requérant-e-s d’asile et de réfugié-e-s, de personnes sans statut de séjour légal, de personnes avec peu de revenus et de celles exposées à des discriminations. Toutes ces personnes sont particulièrement vulnérables. Elles risquent de voir leurs droits bafoués et d’être marginalisées par la société. L’EPER leur offre un soutien juridique, s’efforce de les soutenir dans la défense de leurs droits et les aide à améliorer leur quotidien. Elle s’engage pour que toute personne puisse trouver protection en Suisse si son retour dans son pays d’origine ou dans un pays tiers la met en danger, que ce soit pour des raisons médicales, à cause d’une guerre ou de conflits violents, de l’absence de réseau social ou de persécutions ciblées.