Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Défense des droits des personnes socialement défavorisées » en Europe

En Europe, l’EPER travaille dans les pays suivants : Arménie, Géorgie, Hongrie, Italie, Kosovo, Moldavie, République tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie et Ukraine. Ses thèmes prioritaires sont le développement des communautés rurales et la collaboration avec les Eglises. L’EPER entretient des relations étroites avec les Eglises réformées d’Europe de l’Est, qu’elle soutient, depuis des décennies dans certains cas, dans leurs projets diaconaux en faveur de l’intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées. Au travers de partenariats entre paroisses, l’EPER encourage les échanges d’expériences et de connaissances. Elle mène en outre un vaste programme pour l’intégration des Roms dans l’économie et la société, par lequel elle agit sur les conditions de logement et l’accès à la santé, à la formation et à des sources de revenus. Elle mène actuellement une action humanitaire en Ukraine et en Turquie.

EPER en Europe

Faits:

En Europe, l'EPER opère dans onze pays: l'Arménie, la Géorgie, l'Italie, le Kosovo, la Moldavie, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la République tchèque, l'Ukraine et la Hongrie.

 

 

Les personnes socialement défavorisées sont le pivot de l’activité de l’EPER. Il s’agit notamment de requérant-e-s d’asile et de réfugié-e-s, de personnes sans statut de séjour légal, de personnes avec peu de revenus et de celles exposées à des discriminations. Toutes ces personnes sont particulièrement vulnérables. Elles risquent de voir leurs droits bafoués et d’être marginalisées par la société. L’EPER leur offre un soutien juridique, s’efforce de les soutenir dans la défense de leurs droits et les aide à améliorer leur quotidien. Elle s’engage pour que toute personne puisse trouver protection en Suisse si son retour dans son pays d’origine ou dans un pays tiers la met en danger, que ce soit pour des raisons médicales, à cause d’une guerre ou de conflits violents, de l’absence de réseau social ou de persécutions ciblées.