Was wir tun HEKS
Christian Bobst
Ce que nous faisons

Nos projets

L'EPER s'engage : « Développement des communautés rurales » en Europe

En Europe, l’EPER travaille dans les pays suivants : Arménie, Géorgie, Hongrie, Italie, Kosovo, Moldavie, République tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie et Ukraine. Ses thèmes prioritaires sont le développement des communautés rurales et la collaboration avec les Eglises. L’EPER entretient des relations étroites avec les Eglises réformées d’Europe de l’Est, qu’elle soutient, depuis des décennies dans certains cas, dans leurs projets diaconaux en faveur de l’intégration sociale et professionnelle des personnes défavorisées. Au travers de partenariats entre paroisses, l’EPER encourage les échanges d’expériences et de connaissances. Elle mène en outre un vaste programme pour l’intégration des Roms dans l’économie et la société, par lequel elle agit sur les conditions de logement et l’accès à la santé, à la formation et à des sources de revenus. Elle mène actuellement une action humanitaire en Ukraine et en Turquie.

EPER en Europe

Faits:

En Europe, l'EPER opère dans onze pays: l'Arménie, la Géorgie, l'Italie, le Kosovo, la Moldavie, la Roumanie, la Serbie, la Slovaquie, la République tchèque, l'Ukraine et la Hongrie.

 

 

L’EPER encourage les acteurs de la société civile à se renforcer dans les communes rurales et promeut la cohabitation pacifique. Elle soutient l’accès à la terre, aux ressources naturelles et aux services publics des communautés rurales et aide ces dernières à développer une agriculture durable et à accéder aux marchés pour vendre leur production. L’EPER contribue en outre à ce que les membres des communautés rurales aient les mêmes droits que les habitants des villes et vivent dans une plus grande sécurité – indépendamment des crises et des catastrophes. Enfin, avec ses organisations partenaires, elle s’engage pour que la société civile participe aux processus politiques et économiques. Cela concerne surtout les minorités ethniques, par exemple, et d’autres groupes marginalisés. Car une gestion participative des affaires publiques est une garante de stabilité et de vision à long terme.