Cambodge, provinces de Preh Vihear et Kampong Thom ; travail politique également au niveau national

Culture et commercialisation des noix de cajou

Au Cambodge, trois quarts de la population vivent dans des zones rurales. L’agriculture est donc leur principale source de revenus. Par rapport à d’autres plantes cultivées, la culture des noix de cajou que pratiquent les petits paysans est particulièrement rentable, car les charges d’exploitation sont faibles et les prix de vente en augmentation. Toutefois, bon nombre de paysan·ne·s manquent d’informations sur le fonctionnement du marché, de connaissances spécialisées et d’un accès au capital et à des moyens de production de qualité. De ce fait, ils ne peuvent pas exploiter pleinement le potentiel de la culture de noix de cajou. Au Cambodge, la qualité des sols, le climat propice et les variétés d’arbres disponibles permettent d’obtenir des rendements élevés, mais le défi consiste à les obtenir sans recourir de manière excessive à des engrais et des pesticides potentiellement nocifs. En outre, la compétitivité de la filière de la noix de cajou est encore faible, car les activités de transformation à valeur ajoutée sont encore peu nombreuses. Pourtant, en termes de qualité, les noix de cajou cambodgiennes font partie des meilleures au monde.   

Bénéficiaires

Le projet bénéficie à environ 12 000 paysannes et paysans et membres de communautés vulnérables des provinces de Preh Vihear et de Kampong Thom.  

Objectifs

Le projet vise à augmenter les revenus issus de la production de noix de cajou pour les familles paysannes et à renforcer leur résilience face aux changements climatiques. Trois mesures sont mises en œuvre pour ce faire : premièrement, les familles paysannes doivent avoir accès aux produits, aux services et aux formations qui les aideront à utiliser des techniques de production écologiques et/ou résilientes aux changements climatiques. Deuxièmement, l’accès au marché pour les agricultrices et les agriculteurs doit être amélioré et des mesures mises en œuvre afin d’augmenter la rentabilité de la production, au travers de la transformation des noix de cajou. Troisièmement, l’EPER collabore avec le gouvernement et des groupes d’intérêts de l’économie privée afin d’améliorer les conditions-cadres et les politiques publiques du secteur au niveau national.   

 

Activités

Dans le cadre du projet, les paysan·ne·s acquièrent des connaissances et apprennent les bonnes pratiques pour cultiver les noix de cajou de manière écologique et résiliente au climat, afin d’augmenter leurs rendements. Il s’agit notamment de les aider à faire face aux insectes et aux parasites, à cultiver de nouvelles semences et à instaurer de nouvelles techniques de production comme l’élagage des arbres. Le projet soutient également les organisations paysannes dans l’obtention d’une certification pour la culture biologique et/ou équitable, l’acquisition de connaissances sur les techniques de post-récolte et l’établissement de relations avec les entreprises de transformation et les acheteuses et les acheteurs. Elles peuvent ainsi vendre leurs récoltes à des prix plus élevés. Enfin, le projet vise à instaurer une collaboration avec le gouvernement et la Cambodia Cashew Federation (fédération cambodgienne des noix de cajou), afin de s’assurer que la politique en matière de noix de cajou défende les intérêts des familles paysannes et d’attirer des investissements dans le secteur.  

 

Faire un don !

Project Details
Chargé·e de projet
Julien Brewster
Numéro de projet
652.346

Project duration

2022
2025
Budget
CHF 1 085 600
Contact

+41 21 613 40 70
info@eper.ch

Merci pour votre soutien !

Votre don a de grands effets

CHF
90
CHF
150
CHF
250
CHF
Montant à choix
Attribution de votre don
Cambodge