Niger, région de Diffa, département de Diffa, de Geskérou et de Chétimari

Coexistence pacifique entre agriculture et élevage

Au Niger, les sécheresses à répétition, la violence persistante perpétrée par des groupes armés et la forte croissance démographique sont à l’origine de conflits autour de l’accès à l’eau et à la terre. Entre les communautés d’éleveuses et d’éleveurs nomades et les communautés paysannes sédentaires, ces conflits basculent souvent dans la violence. La présence de personnes réfugiées venues du Nigeria et du Tchad et de personnes déplacées internes accentue encore la pression sur les ressources naturelles. Le projet a pour objectif de fixer dans la loi les droits d’exploitation des différents groupes et ainsi de prévenir les conflits. 

 

Personnes concernées

Le projet bénéficie à trois groupes : les familles sédentaires qui cultivent des terres, les éleveuses et les éleveurs établis dans la zone du projet et qui se déplacent avec leur bétail une partie de l’année et, enfin, les éleveuses et les éleveurs nomades qui ne vivent pas dans la zone du projet mais y passent avec leurs troupeaux. 

Par ailleurs, environ 160 000 personnes réfugiées et déplacées qui trouvent actuellement refuge dans la région de Diffa sont intégrées dans le projet par Action contre la Faim (ACF), une organisation partenaire de l’EPER, à travers des activités « cash for work ».  

 

Objectifs

L’objectif principal du projet est de réglementer clairement l’accès aux pâturages dans la zone d’intervention afin de prévenir les conflits entre les groupes dont les intérêts divergent.  

Le projet vise également à instaurer des mécanismes de résolution des conflits, à soutenir la représentation des intérêts des éleveuses et des éleveurs dans la région et à remettre en état les infrastructures et les pâturages. 

Activités

Au Niger, depuis 1993, les droits fonciers sont régis par un instrument juridique : le « Code rural ». Toutefois, dans les régions fortement touchées par les conflits comme celle de Diffa, la loi peine à être appliquée. Le projet cherche à accélérer le processus en ouvrant la discussion, avec l’ensemble des groupes de population concernés, sur les limites entre les cultures et les pâturages dans la zone d’intervention, puis en inscrivant ces limites sur les plans de l’administration locale. Ensuite, les surfaces réservées au pâturage sont cartographiées et clôturées avec des poteaux en béton. Cela permet de les délimiter clairement et de prévenir les violations. Pour favoriser la résolution des conflits, des commissions foncières locales sont constituées et des formations sont dispensées. 

De plus, des fontaines ainsi que des pâturages endommagés doivent être remis en état afin d’atténuer la pression sur les ressources. 

 

Faire un don !

Détails du projet
Chargé·e de projet
Kaspar Akermann
Numéro de projet
756.361

Durée du projet

2021
2024
Budget
CHF 1 166 045
Organisations partenaires
Mise en œuvre du projet par l’EPER (EPER Niger)
Partenaires financiers

Direction du développement et de la coopération (DDC)

Contact

+41 21 613 40 70
info@eper.ch

Merci pour votre soutien !

Votre don a de grands effets

CHF
90
CHF
150
CHF
250
CHF
Montant à choix
Attribution de votre don
Niger