HEKS in Kambodscha
Christian Bobst
Cambodge

Agriculture durable et participation politique des petits paysans

Programme pays Cambodge

L’EPER soutient les projets d’organisations partenaires cambodgiennes qui visent à promouvoir le développement des communautés rurales. Elle encourage par ce biais la construction de canaux d’irrigation, des formations en agro-écologie sur les petites exploitations, la production de semences locales et le renforcement de l’autodétermination de la population rurale.

Situation

Le programme pays de l’EPER pour le Cambodge soutient des projets de partenaires locaux dans six provinces. Ces projets visent à assurer la sécurité alimentaire de la population rurale et favoriser l’autodétermination et, de manière plus générale, le développement rural. L’exode rural est en effet un problème majeur au Cambodge. Les jeunes surtout, ne trouvant pas de travail rémunéré à la campagne, migrent toujours plus fréquemment vers les centres urbains. Cela entraîne immédiatement une pénurie de main-d’œuvre dans les villages. Les projets de l’EPER contribuent à la création d’emplois et de sources de revenus dans les régions rurales, par exemple à travers l’aménagement de canaux d’irrigation reliant les villages excentrés. La population cambodgienne est très jeune, ce qui confère une importance accrue à la formation initiale et continue dans tous les domaines.

Objectifs, thèmes principaux et activités

Le programme pays vise à garantir le droit à l’alimentation dans les régions de projets. Pour cela, il faut obtenir des rendements agricoles plus importants et une meilleure qualité. Les infrastructures telles que les équipements d’irrigation sont insuffisantes au Cambodge, de sorte que la plupart des petits agriculteurs dépendent des cycles naturels de mousson et de périodes sèches. Mais le réchauffement climatique se fait sentir depuis quelques années, avec des périodes de fortes sécheresses suivies de violentes pluies et d’inondations. Partant de ce constat, l’EPER soutient la construction de canaux d’irrigation et d’écoulement. Cela permet, entre autres, d’obtenir deux récoltes de riz par année. Par ailleurs, l’EPER encourage la formation des paysannes et des paysans en agriculture durable et en agriculture biologique intégrée. A Prey Veng, une petite structure formatrice enseigne comment assurer une production proche de la nature, sans produits chimiques et avec de bons rendements. L’EPER soutient aussi un centre de recherche agronomique spécialisé dans le développement de semences mieux adaptées au contexte actuel. Sur le plan politique, le Cambodge se situe à un stade avancé de décentralisation. De ce fait, même si les structures d’une participation politique existent, elles ne sont guère mises à profit par la population, soit par méconnaissance, soit par méfiance. Cela demande un changement d’attitude, puisque sous la dictature, c’était la politique du chacun pour soi, par méfiance envers l’autre. L’EPER encourage les discussions entre les autorités et les petits paysans afin que les seconds puissent jouer un rôle actif dans leur propre développement et demander au gouvernement d’assumer ses obligations.

En savoir plus...

Projets de l'EPER au Cambodge

Faire un don

Votre don a de grands effets

CHF
75
CHF
120
CHF
200
CHF
Montant à choix
Attribution de votre don